Répression inutile

En réaction au texte : «Les psychiatres inquiets de la légalisation du cannabis», paru le 24 août
Comme pour l'alcool, une minorité de consommateurs ont des problèmes avec le cannabis. Et les psychiatres rencontrent surtout ceux-ci. Veut-on interdire l'alcool parce qu'il y a des alcooliques? Et de toute façon, qui attend la légalisation pour fumer du pot? Ohé là-haut, ouvrez-vous les yeux et les oreilles. Le cannabis est disponible partout et pour tous les âges actuellement. Et mettre l'âge légal à 21 ans n'y changera rien. 
Facile à cultiver, disponible partout, la marijuana est consommée depuis 50 ans au Québec et elle est en progression constante. Et elle est là pour rester. Identifions et soignons ceux qui ont un sérieux problème et enlevons nos lunettes roses. Pour le moment, ce sont les criminels qui contrôlent le trafic et c'est la société qui paye pour les dérives et les excès. La démonisation, la dénonciation et la répression ont fait leurs preuves : 100 % inefficaces.
Michel Favreault, Sainte-Ursule
***
Mépris du français
Lettre ouverte à Nektar et à Sobab, cafés de Québec (mais les Second Cup, Starbucks, Café Dépôt et autres Brûleries ne sont pas en reste. Jamais!)
Après deux heures sur place, ce 26 août 2017, jour du 40e anniversaire de la promulgation de la Charte de la langue française, au Québec, je n'ai entendu sur les lieux que de la chanson anglaise. Alors merci beaucoup, gens de Nektar, pour le respect que vous portez à ce que «nous» sommes comme peuple. Non seulement vous vous conduisez en colonisés parfaitement incultes (i.e. : je ne connais pas ma propre culture qui est pourtant fabuleuse, notamment sur le plan de la chanson), mais vous enfoncez dans le fond de la gorge de votre clientèle cette attitude révoltante et profondément aveugle à toute dignité ou respect de soi.
Pendant ce temps, chez Sobab, un autre café de Québec, et le même jour, également sur la 3e Avenue, en Vieux-Limoilou, la responsable des lieux nous reçoit avec un vêtement s'adressant à ses clients - eh oui, vous l'avez deviné - dans la langue de Donald Trump.
Cette Charte de la langue française, fierté d'un peuple, n'est plus que lambeau. Et ce lambeau, notre propre gouvernement s'empresse de ne surtout pas l'appliquer au sein de notre société.
Une femme dégoûtée d'être membre d'une famille nationale devenue aussi lamentable.
Hélène Bisier, Québec
***
Aidez-nous à ne pas répéter nos propres erreurs
Vous qui avez vécu l'arrivée des premiers immigrants, ces Européens qui vous ont envahis et vous ont fait subir les pires outrages, allant même jusqu'à élaborer des stratégies pour vous anéantir! Peuples des Premières-Nations, je veux entendre ce que vous avez à nous dire en ce qui concerne l'actuel débat concernant l'arrivée de ces immigrants demandant aide et support. Votre vécu est plein de sagesse et vous seuls êtes à même d'apporter un éclairage objectif sur ce qui se passe. 
Nous, immigrants de première vague, qui vous avons imposé une façon de vivre, jouons maintenant aux victimes... serait-ce le retour du balancier? J'ai besoin de vous entendre. Vous devez non seulement partager ce que vous avez vécu, mais aussi faire entendre votre voix, celle qui, au-delà des politicailleries, peut apporter un éclairage nouveau et surtout nous guider afin de ne pas répéter les erreurs du passé!
Michel Gagnon, Lévis