Renoir et la baleine noire

Le cinéaste Jean Renoir (1894-1979) raconte dans son livre, Pierre-Auguste Renoir, mon père, que le célèbre peintre (1841-1919) avait l'air vraiment bizarre quand il se promenait dans un sentier ou dans la forêt. Pourquoi? Il zig­zaguait et sautillait pour ne pas écraser sur son chemin les insectes et autres petites bestioles.
Nous aurions besoin aujourd'hui d'hommes aussi sensibles à la nature chez nos décideurs politiques. Ici, nous empoisonnons nos bélugas, nous vouons à une mort certaine une horde d'une vingtaine de caribous parce que nous avons laissé des entrepreneurs forestiers ouvrir un chemin fatal dans son aire de déplacement. Notre cher premier ministre, Philippe Couillard, ne nous a-t-il pas dit qu'il ne sacrifierait pas un seul emploi dans la forêt pour sauver un caribou? Et nous allons réélire le brave homme en 2018.
Que peindrait Renoir aujourd'hui? Une baleine noire se faisant rentrer dedans par un navire rouge.
Sylvio Le Blanc, Montréal
***
Forêt urbaine à nettoyer
Connaissez-vous ce qu'on surnomme «la forêt urbaine de Québec», le boisé qui sépare la haute ville de la basse ville? Je voudrais vous entretenir sur la partie que je connais au centre-ville (quartier Saint-Sauveur). Soit entre l'escalier Colbert et l'escalier Victoria.
Québec est une belle ville où il fait bon vivre, mais il y a encore place à l'amélioration du secteur ci-haut nommé. Les détritus s'accumulent dans le coteau. On y trouve même matelas, télévisions, déchets de toutes sortes, poubelles pleines pendant plusieurs jours, mauvaises odeurs, arbres morts qui tombent les uns après les autres, etc.
Y aurait-il possibilité pour la Ville d'aller faire un tour dans le coin pour constater l'état des lieux? Dans le courant actuel de la politique qui vise améliorer la vie en ville par une approche «verte» n'y aurait pas lieu d'accorder l'importance qu'il mérite à ce poumon qui se meurt à petit feu. Ce serait logique n'est-ce pas?
Certains groupes ou personnes consacrent leur temps à essayer d'embellir et de redonner santé à cette forêt, mais leurs moyens sont limités de telle sorte qu'un petit effort de la Ville serait bienvenu et en cohérence avec leurs objectifs. J'ai des photos à l'appui de ce que j'affirme.
Merci à l'avance, monsieur Labeaume, d'envoyer quelqu'un voir ça et surtout de donner suite à ce qu'il constatera.
Gilles Laplante, Québec