REM: la finance ou le génie?

(En réaction au texte «La province coupée en deux» paru le 11 juillet) Au sujet du Réseau électrique métropolitain (REM) de Montréal, Rémi Guertin et Jacques Vandersleyen écrivent qu'en voulant faire de ce projet une entreprise rentable, la Caisse de dépôt et placement (CDP) fait «comme si le transport en commun pouvait être rentable alors qu'il ne l'est nulle part au monde». Il y a là matière à réflexion pour nos politiciens, car le Québec ne va peut-être nulle part avec le REM. De plus, en confiant à la CDP la construction de telles infrastructures, le gouvernement Couillard a fait une financiarisation du processus habituel de réalisation des travaux publics, d'où une sorte de financiarisation de la démocratie. Quoi de mieux pour enfariner les citoyens...
Le financier remplace dorénavant les ingénieurs et autres professionnels du métier. Dans ce dossier, l'Ordre des ingénieurs est dorénavant devenu le subalterne d'un organisme (CDP) en possession des fonds publics. Le génie est-il présent à la conception de ses oeuvres? Les coûts et tarifs sont-ils fiables? L'intérêt public s'y trouve-t-il? On ne sait pas. Au temps des financiers, la foi est de mise.
Jean-Marie Desgagné, Québec