La leader française d'extrême droite Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse à Québec

Refus du racisme

«Des milliers d'immigrants plutôt qu'une seule raciste», clamait la bannière des antiracistes confrontant Marine Le Pen, le dimanche 20 mars. Le Québec a changé, au point de sentir la nécessité de rappeler cette évidence : le racisme n'y est pas le bienvenu.
Il en a fallu du temps pour réhabiliter les Juifs au Québec, traités comme des pestiférés dans les années 40. De bons catholiques ont pris tous les moyens pour empêcher la construction de leur synagogue, avenue Salaberry, en pleine Seconde Guerre mondiale. Manifestations, pétitions, même une attaque au cocktail Molotov. Il faut attendre 1965 pour que l'Église catholique cesse de considérer les Juifs comme des déicides. Auparavant, être catholique et antisémite allait quasiment de pair.
Aujourd'hui, on ne compte plus les multiples manifestations du rejet des musulmans. Il y a des attentats terroristes dans le monde? C'est l'islam le responsable, oubliant d'ajouter que les musulmans en sont les principales victimes. Le voile serait un symbole d'asservissement de la femme? Ça sonne faux, entre autres parce que ceux qui le disent sont des gens souvent opposés au féminisme. Les musulmans voudraient «nous imposer leurs valeurs?» Ne craignez rien, le crucifix duplessiste trône toujours à l'Assemblée nationale.
Les musulmans d'aujourd'hui sont les Juifs d'hier : les boucs émissaires. Une seule réponse possible, contre politiciens et médias utilisant la haine pour atteindre leurs buts : solidarité antiraciste entre tous les opprimés(es) de la terre.
François G. Couillard, Québec