Rapiécer les oppositions 

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil

Dans un contexte d’urgence, la démocratie véritable retrouve son équilibre dans l’exercice d’une opposition dynamique sachant exploiter avec pertinence et vision cet art de réfuter les actions du pouvoir, d’en souligner les failles et de les corriger. 

Un exercice rigoureux, éclairant, empreint de vigilance. Qu’en est-il sur le plan fédéral ? C’est l’hésitation, le silence ou la contestation d’usage au potentiel peu menaçant. Le Bloc gronde occasionnellement. Le NPD, profondément fragilisé, observe de loin. Les bleus en voie de remplacer Andrew Sheer sans panache attendent la venue d’un leader inspirant. Les Mackay. O’Toole, Lewis,S loan, des aspirants chefs peu outillés pour séduire le Québec avec sa spécificité ,sans cesse en attente d’un fédéralisme moins envahissant. On le sait, les conservateurs ( à l’exception de Mulroney et Harper) ont souvent manifesté distance et une certaine indifférence à l’égard de ce pays (encore province) dont le vote est incontournable pour accéder au pouvoir. La vraie opposition cohérente et musclée à Ottawa ce n’est pas pour demain!

Sur le plan provincial, la CAQ gouverne peu soucieuse des aboiements des oppositions faiblardes. Il y aura tentative de rapiéçage du PQ vivotant et chétif. Les Gaudreault, Bastien, St-Pierre Plamondon et Nantel réinventeront une recette tonifiante pour ressusciter le crédo péquiste agonisant après tant de stratégies stériles. L’humoriste Nantel manifeste presque une audace suicidaire en ne camouflant pas le vertige de l’indépendance. Et le peuple masqué, mesurant les distances observe sans grand intérêt ce PQ porteur d’un immense projet libérateur qui est encore au stade d’une belle rêverie!

Douglas Beauchamp, Québec