RAMQ : petit scandale ordinaire

Depuis six ans, je dois prendre des hormones. Jusqu’ici tout va. Mon bilan est, chaque année, très bon.

Sauf que je vais avoir 65 ans. Sauf que je viens d’apprendre, par la bouche de mon pharmacien, que la RAMQ, assurance médicaments publique à compter de 65 ans oblige, ne rembourse pas les hormones qui m’ont été prescrites par mon médecin. Mon assureur privé les remboursait. La RAMQ, non. Elles ont le malheur d’être bio-identiques. On me remboursera plutôt des hormones qui ne sont pas bio-identiques. Sauf si elles rendent mon foi malade. Vous avez bien lu! On me remboursera les hormones que je prends depuis six ans, une exception prévue par la RAMQ, si celles qui sont sur la liste des médicaments remboursés me rendent malade. Comme disent les anglophones : No Way! Je vais continuer avec les hormones bio-identiques qui me font le plus grand bien et ne me causent aucun problème. Dieu merci, j’en ai les moyens. Combien de femmes sont devant le choix douloureux de devoir prendre une chance? Ainsi est la bêtise bureaucratique.

Michelle Monette

Québec