Quitter le PQ ou rester?

À la suite au rapport coup-de-poing de Paul St-Pierre Plamondon, j'ai envie de quitter mon poste de conseiller dans la circonscription de Taschereau. J'ai 65 ans et je suis membre du Parti québécois depuis 1980. J'ai été vice-président à plusieurs reprises. Mme Maltais peut se fier sur mon travail de militant actif. Sur les 89 000 membres du PQ, je crois qu'un bon nombre n'ont pas apprécié se faire dire de se tasser comme un vieux mononcle. Bon, il est possible que les journalistes aient dénaturé le message de M. Plamondon et je souhaite qu'il travaille à unir nos générations, car un nouveau pays se construit avec l'ensemble de sa communauté. Si le message est vraiment de m'encourager à partir, eh bien, j'irai cogner à la porte d'un autre parti souverainiste.
Mon énergie est encore vive et je considère avoir des idées plus jeunes que bien d'autres. Pour la petite histoire des statistiques, j'aimerais qu'un ou plusieurs journalistes nous brossent un tableau comparatif du nombre et de l'âge des membres des autres partis provinciaux. 
En terminant, j'aimerais dire très sincèrement à Paul Saint-Pierre Plamondon que nous devons tous mettre l'épaule à la roue pour construire notre pays du Québec.
Michel Houle, Québec