Qui parlera des vraies questions?

Plus le moment crucial approche, plus les gens sont inquiets. Des restaurateurs de la Grande Allée se préparent à barricader leur devanture pour se prémunir contre de possibles agressions de manifestants hostiles. Le G7 a pour but de discuter des problèmes majeurs du monde, et des problèmes, il n’en manque pas. Or, ceux qui feront l’objet de discussions sont-ils vraiment ceux dont souhaite le peuple?

Va-t-on parler de la destruction massive de la planète par la surconsommation? Trouver des façons de réduire l’écart sans cesse croissant entre les riches et les pauvres? Va-t-on réfléchir et tenter de trouver des solutions aux guerres qui sévissent partout dans le monde? Va-t-on trouver des façons de mettre en place des mesures visant à faire respecter les femmes et les enfants dans le monde? Va-t-on trouver des moyens pour assurer une qualité de vie à tout un chacun?

Pour ma part, je trouve regrettable que l’on ne puisse pas approcher ces dirigeants, comme on le fait avec certaines vedettes. Je trouve également regrettable que plusieurs personnes s’empêcheront de manifester de peur de se voir mêlées à des groupes d’agitateurs, des casseurs, comme on se plaît à les nommer. Combien de temps encore allons-nous accepter que nos dirigeants dépensent des fortunes pour se rencontrer à peine deux jours, et avec le peu de résultats que cela va donner?

Michel Giroux

Québec