Omar Khadr

Qui est le moins terroriste?

Même privé d'une main, je ne peux m'empêcher d'écrire: la vérité l'exige!
Je viens de visionner le documentaire Omar Khadr: de l'ombre à la lumière, diffusé à Radio-Canada le 31 mai (et qu'on peut revoir sur ICI Tou.tv). Pour la première fois depuis 13 ans, Omar Khadr peut parler et donner librement son point de vue. Ce jeune homme de 28 ans y manifeste une maturité, une sagesse et une sérénité proprement stupéfiantes pour n'importe qui, et encore plus incroyables pour un enfant soldat de 15 ans qui a dû traverser le pire parcours qu'on puisse imaginer (blessures graves et perte d'un oeil, tortures répétées, emprisonnement avec des adultes en Afghanistan et à Guantanamo, hostilité persistante de son propre gouvernement, etc.).
Invité par la journaliste à donner son opinion sur ses 13 années de captivité, sur les personnes qui l'ont torturé ou sur les efforts systématiques du gouvernement canadien pour le garder en prison, il manifeste une grandeur d'âme et une ouverture au pardon dont bien peu d'entre nous seraient capables. Quand je vois notre gouvernement démocratique poursuivre ses efforts judiciaires pour retourner Omar Khadr en prison (malgré déjà trois revers cinglants en Cour suprême du Canada!), et quand j'entends M. Harper et ses divers ministres successifs de la Sécurité publique continuer inlassablement de répéter qu'Omar Khadr est un dangereux terroriste, je ne peux m'empêcher de me demander lequel est le moins terroriste des deux.
Merci, Omar Khadr, d'être pour nous un exemple remarquable de courage, de résilience et de ce que peut devenir un être humain de qualité.
Dominique Boisvert, Scotstown