La publicité controversée telle que parue dans Le Soleil de mardi

Quelles sont les vraies affaires?

Dans une publicité parue dans le Soleil de mardi sur les «Vraies affaires» qui porte sur la création de la richesse, le District de Columbia, c.-à-d la ville de Washington, se classe en tête de liste avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 174 500$. Chiffre impressionnant n'est-ce pas? Toutefois, cette statistique ne tient pas compte de l'écart entre les riches et les pauvres ou de la redistribution de la richesse. En 2011, 21,1% des résidents du District de Columbia ont utilisé des bons de nourriture (Food Stamp), ce qui représente le plus haut taux aux États-Unis (moyenne nationale de 13,8 USDA et WSJ Research). En 2011, le taux de pauvreté dans le district était de 18,7% pour une moyenne nationale de 15,9% (USCensus). Pour les crimes violents en 2011, Washington demeure le champion avec 1 200 pour 100 000 habitants soit le double de l'État qui se place au 2e rang (USCensus). Lorsque l'on veut discuter des vraies affaires, il faut éviter d'être démagogue avec les chiffres et aborder les vraies affaires.
Dans une publicité parue dans le Soleil de mardi sur les «Vraies affaires» qui porte sur la création de la richesse, le District de Columbia, c.-à-d la ville de Washington, se classe en tête de liste avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 174 500$. Chiffre impressionnant n'est-ce pas? Toutefois, cette statistique ne tient pas compte de l'écart entre les riches et les pauvres ou de la redistribution de la richesse. En 2011, 21,1% des résidents du District de Columbia ont utilisé des bons de nourriture (Food Stamp), ce qui représente le plus haut taux aux États-Unis (moyenne nationale de 13,8 USDA et WSJ Research). En 2011, le taux de pauvreté dans le district était de 18,7% pour une moyenne nationale de 15,9% (USCensus). Pour les crimes violents en 2011, Washington demeure le champion avec 1 200 pour 100 000 habitants soit le double de l'État qui se place au 2e rang (USCensus). Lorsque l'on veut discuter des vraies affaires, il faut éviter d'être démagogue avec les chiffres et aborder les vraies affaires.
Guy Dorval, Québec