Québec et les pistes cyclables

À la fin de l'été dernier, la vice-présidente du comité exécutif de la ville de Québec, Julie Lemieux, avait reconnu que les services de voirie avaient erré dans le travail de nettoyage des pistes cyclables au printemps de 2016. Elle assurait du même souffle que la ville allait revoir ses pratiques pour faire en sorte que les pistes et bandes cyclables soient ouvertes plus rapidement en 2017.
Nous sommes dimanche le 23 avril et il y a déjà deux bonnes semaines qu'il n'y a plus de neige ni de glaces sur celles-ci. Or, je n'ai vu, depuis lors, aucun camion-balai ni aucun camion d'arrosage sur celles de Cap Rouge, où j'habite. De sorte qu'elles sont encore couvertes de gravier, de poussière, de terre et d'objets divers, donc assez peu fréquentables.
Soit le message de madame Lemieux ne s'est pas rendu jusqu'aux responsables du nettoyage dans l'arrondissement Sainte-Foy-Sillery-Cap Rouge, soit les cols bleus ont décidé de maintenir leur routine de nettoyage des rues, faisant passer les cyclistes en dernier comme d'habitude. Mais qu'est-ce qui ne va pas avec cette administration?
Marc Simard, Québec