Que faisait la presse?

Je reste pantois devant la levée de boucliers qui a suivi l'envoi des comptes de taxes de la Ville de Québec, alors que tous les contribuables avaient la possibilité de faire le calcul eux-mêmes, dès le lendemain de la publication du budget de la Ville en décembre. Il suffit d'avoir en main son rôle d'évaluation foncière (publié en octobre) et de consulter le budget; celui-ci indique de façon précise les taux de taxation par tranche d'évaluation pour tous les quartiers de la ville, pour tous les types d'immeubles, de même que les taux pour les égouts et les ordures. En ce qui me concerne, il m'a fallu moins de 20 minutes pour arriver au montant exact du compte de taxes reçu; aucune surprise donc! J'admets bien qu'une telle démarche ne vienne pas spontanément à l'esprit du citoyen ordinaire, mais je ne comprends pas comment il se fait qu'aucun membre de la presse à l'affût des affaires municipales n'ait signalé au public l'accès aux informations du budget permettant de faire ce calcul relativement simple. Si plus de monde avait fait ses devoirs, on aurait pu contester plus tôt et de manière plus efficace les hausses de taxes actuellement décriées.
Je reste pantois devant la levée de boucliers qui a suivi l'envoi des comptes de taxes de la Ville de Québec, alors que tous les contribuables avaient la possibilité de faire le calcul eux-mêmes, dès le lendemain de la publication du budget de la Ville en décembre. Il suffit d'avoir en main son rôle d'évaluation foncière (publié en octobre) et de consulter le budget; celui-ci indique de façon précise les taux de taxation par tranche d'évaluation pour tous les quartiers de la ville, pour tous les types d'immeubles, de même que les taux pour les égouts et les ordures. En ce qui me concerne, il m'a fallu moins de 20 minutes pour arriver au montant exact du compte de taxes reçu; aucune surprise donc! J'admets bien qu'une telle démarche ne vienne pas spontanément à l'esprit du citoyen ordinaire, mais je ne comprends pas comment il se fait qu'aucun membre de la presse à l'affût des affaires municipales n'ait signalé au public l'accès aux informations du budget permettant de faire ce calcul relativement simple. Si plus de monde avait fait ses devoirs, on aurait pu contester plus tôt et de manière plus efficace les hausses de taxes actuellement décriées.
Pierre Jarest, Québec