Yves Bolduc a démissionné de son poste de député.

Punissons les politiciens lâcheurs et leur parti

Les élections générales ont eu lieu il y a moins de 10 mois et déjà trois députés ont renié leur engagement en démissionnant de leurs fonctions pour faire autre chose de plus «intéressant». Oui, un député de chacun des trois plus importants partis politiques du Québec a abandonné ses fonctions depuis le 7 avril 2014. Après, ces politiciens professionnels se demandent pourquoi la population ne les croit plus. Une élection générale coûte cher et monopolise l'attention des gens pendant des semaines. Une élection partielle coûte plus de 500 000 $, sans compter, encore une fois, les efforts que l'on demande à la population pour choisir un nouveau député.
Il est donc temps de punir ces gens irresponsables qui ne respectent pas leur parole et leurs engagements. Oui, quelqu'un peut changer d'idée, revenir sur sa parole et tenter de faire autre chose pour améliorer son sort, on ne peut pas l'en empêcher, mais il doit en assumer les conséquences. La population n'a pas à payer pour ça. Comme une des valeurs d'Équipe autonomiste est la responsabilité, le parti propose les mesures suivantes, lorsqu'un député abandonne ses électeurs, sans motif majeur, pour le bien de sa petite personne :
1- le député démissionnaire ne reçoit aucune prime de départ;
2- on déclenche des élections partielles, mais le parti dont le candidat a abandonné son poste ne peut présenter de candidat.
Ainsi, les partis choisiront mieux leurs candidats et ces derniers y penseront avant de se désengager.
En attendant, les électeurs dans Richelieu ont une belle occasion de donner une leçon aux «vieux partis», en votant pour des candidats de partis émergents, à l'élection du 9 mars prochain.
Guy Boivin
Équipe autonomiste
Québec