Publicités à la pelletée

J'aurais cru que l'enveloppe de 675 millions $ sur cinq ans consentie l'année dernière par le gouvernement Trudeau à Radio-Canada allait concourir à réduire le nombre de publicités à la télé. Il semble que non.
Depuis la rentrée, le nouveau Téléjournal de fin de soirée est notamment catastrophique à cet égard. Il y a des publicités à tout bout de champ et elles sont interminables.
Voilà pourquoi j'ai pris la décision de l'enregistrer et de l'écouter 15-20 minutes après le début de l'émission. Non seulement je passe en quatrième vitesse sur les pubs, mais aussi sur les reportages qui ne m'intéressent guère.
Il m'arrive même de me rendre jusqu'à la fin de l'enregistrement, alors que Céline Galipeau ne nous a pas encore souhaité «Bonne fin de soirée».
Sylvio Le Blanc, Montréal