Protéger notre milieu

Dans le carrefour des lecteurs du Soleil du 1er octobre, Rémi Beaudoin nous rappelle qu’un visionnaire est aussi celui qui se soucie de la conservation du milieu naturel, de la conservation des terres agricoles, de l’environnement, du contrôle des gaz à effet de serre, de la préservation de la faune, de la flore.

J’ajoute qu’un visionnaire limité au développement immobilier, à la construction, à l’investissement est un visionnaire de l’agencement du bloc de béton et de la rentabilité de ses investissements. Voyons un peu ce qui se passe ailleurs, en Belgique par exemple, plus particulièrement à Bruxelles. On y apprécie les espaces naturels, les réserves forestières, les parcs publics sont légion, une trentaine peut-être, tous plus attrayants les uns que les autres. À Bruxelles, on estime à 3000 hectares la superficie aménagée en espaces naturels. Nous avons besoin de bâtiments pour répondre aux besoins de l’homme, mais nous avons aussi besoin «d’un lieu de rencontre pour les citoyens à la recherche d’espaces verts, de soleil et d’air pur» (Rémi Beaudoin). Monsieur Dallaire, soyez notre visionnaire! Le domaine des Sœurs de la Charité de Québec se prête tellement bien à ce projet.

Yvon Dubuc, Québec