Profiter de l'appât du gain

J'ai été tout simplement estomaqué de lire dans votre journal qu'une dame de Cowansville s'était vue proposer le plus naturellement du monde de payer 20 $ à un système de rendez-vous en ligne pour une «assurance» de rendez-vous à l'heure ou à l'intérieur de certains délais dans une clinique médicale.
S'il y a des retards, on convient d'ailleurs que ça peut arriver, on va en toute probabilité repousser les rendez-vous de gens qui n'ont pas déboursé ce petit surplus pour passer en priorité les gens qui l'ont fait.
Je me demande bien comment des professionnels bardés de diplômes et de compétences ont pu en arriver à copier les pratiques commerciales mercantiles des clubs de danseuses et des bars, tout en les coordonnant dans leur cerveau avec le code de déontologie de leur pratique médicale.
Leur cerveau devrait être en parfaite condition, est-ce que l'argent et l'appât du gain y auraient provoqué des courts-circuits? 
Non, c'est tout simplement une nouvelle connexion de synapses, le chemin précédent utilisé pour les frais accessoires étant tout à coup devenu impraticable.
André Verville, Lévis