Pression, attention!

Des articles font état d’une augmentation du taux d’échec aux examens ministériels de quatrième secondaire.

Les trouble anxieux, anxiété de performance, phobie sociale, dépression majeure, TOC, attaque panique, ça vous dit quelque chose? Avec en plus un taux de décrochage inquiétant et un taux de suicide déstabilisant chez les jeunes, eh bien ça devrait… Mais on en rajoute! 

Moi, en tant que médecin, quand je rencontre un patient à risque de faire un événement cardio-vasculaire, je fais de la prévention et, surtout, je traite les facteurs de risque déjà présents, je n’en crée pas de nouveaux. 

Nos grands stratèges et penseurs devraient se connecter un peu à la réalité. Ce sont des enfants et des adolescents ayant une pression immense sur eux qui se présentent à ces épreuves. Demandez-vous donc ce qu’on cherche à prouver avec de telles épreuves? Est-ce que ce sont nos jeunes qui en sortiront gagnants? J’en doute.

Ève-Marie Gagné, Sainte-Pétronille