Alors que l'ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt, vient de recevoir sa sentence pour fraude, les administrations municipales obtiennent plus de pouvoirs de la part du gouvernement.

Pouvoirs aux villes: naïveté ou opportunisme?

Ou bien il faut être naïf pour accorder aux villes plus de pouvoirs, justement dans cette période où les scandales financiers se sont multipliés et continuent de se multiplier partout sur le territoire du Québec dans nos cités et villes, ou bien la carotte électorale est si forte qu'il en oublie tout sens des responsabilités.
Votre réputé chroniqueur François Bourque récemment encore faisait état dans Le Soleil des lacunes démocratiques au niveau municipal justement limitant le droit de parole aux citoyens, seuls chiens de garde ayant la possibilité de questionner les élus en place.
La Ville de Laval, pourtant, fait la démonstration de la vulnérabilité des contribuables face a des administrations crapuleuses - «c'est pas vrai, mais oui c'est vrai». Trouver le parfait équilibre est parfois difficile, mais plonger aveuglément dans le ridicule l'est moins. Quelques petits bonbons, et tout le monde il est content...
H. Louis ArbourLévis