Les nouveaux cours d'orientation seront offerts par des enseignants et non par des conseillers d'orientation.

Pourquoi pas au collégial?

En réaction au texte «Cours en orientation scolaire dès le primaire» du la journaliste Annie Mathieu
Pour savoir ce que l'on veut faire dans la vie, il faut d'abord se connaître en tant qu'individu: accepter ses limites pour mieux cerner ses forces. Comment peut-on ne serait-ce que penser à embêter un jeune enfant en lui mettant dans la tête qu'il doit choisir un métier ou une profession qu'il pratiquera toute sa vie? L'enfance, c'est fait pour découvrir ce qu'il y a autour de soi. À cet âge, on n'a pas conscience de ce que l'on est, et c'est bien parfait ainsi. C'est cette période de la vie qui forge l'adulte que deviendra l'enfant. Étant moi-même étudiant universitaire, je dois admettre que les cours d'orientation auxquels j'ai assisté tout au long de mon cheminement scolaire n'ont pas été d'une grande utilité. Le seul moment où j'aurais apprécié suivre un tel cours est alors que j'étais collégial. On entend souvent que plusieurs étudiants «perdent leur temps» au cégep, mais expliquez-moi pourquoi on décide d'instaurer des cours d'orientation au primaire et pas au collégial, où cela serait d'une vraie utilité...
Olivier Beaudet, Québec