Pourquoi démolir le Colisée?

Construit en 1930, doté d’une patinoire en 1942, incendié en début 1949, le Colisée de Québec présentait une rencontre entre les As de Québec et les Citadelles de Québec, le 8 décembre 1949, six mois après cet incendie.

L’exploit sportivo-architectural fut accompagné d’une très longue «ovation debout» par les spectateurs présents, il faut dire que le tout était rendu possible par l’absence de sièges, qui furent posés quelques semaines plus tard; et on veut le démolir. Ce n’est probablement pas un édifice patrimonial, mais il me semble qu’il pourrait servir encore. Sa version actuelle date de 1981. Un nouvel usage pourrait sûrement lui être dévolu, pour un coût moindre que sa démolition va occasionner. Un centre de planche à roulettes dans le style du TAZ à Montréal, pourrait occuper l’espace patinoire; cet espace de jeu serait entouré d’un vélodrome qui prendrait une partie des sièges. La Ville de Québec a une bonne tradition dans ce domaine. Et ses locaux et bureaux trouveraient preneurs auprès d’organismes sportifs pour y installer leur permanence; comme le font les fédérations sportives dans l’ancien stationnement du Stade olympique de Montréal. Un édifice sportif rendu artificiellement désuet par la gourmandise du sport professionnel sans frontière. Le Colisée de Québec retrouverait sa vocation première, celle d’offrir à la région un lieu de pratique sportive et de travail relié aux sports.

Pierre Gendron, Québec