Pour le vote obligatoire

Dans sa promesse rompue de réforme électorale, Justin Trudeau envisageait le vote obligatoire. Est-il trop tard pour l’élection fédérale d’octobre?

Le taux de participation en 2015 a été de 61,5 %, de 61,1 % à celle de 2011 et de 58,8 % à celle de 2008. 

En clair, environ 40 % des électeurs canadiens ne se sont pas prononcés sur les politiciens censés les gouverner pendant un mandat prévu de quatre ans. Imaginez! Dans plusieurs pays, on meurt pour faire naître la démocratie. Ici, on la regarde mourir à petit feu. Avant de ressembler aux États-Unis, nous devrions rendre le vote obligatoire, comme en Australie, en Belgique, au Danemark et au Luxembourg. Le cas échéant, l’électeur paresseux sera bien obligé de s’intéresser un peu à la politique avant de noircir son carton de vote. Ce sera toujours ça de gagné.

Sylvio Le Blanc, Montréal