Pour en finir avec les gens écrasés la nuit

C’est malheureusement devenu une banalité ces reportages qui parlent de piétons heurtés en bordure des routes, le soir venu. Une des causes pourtant bien évidentes, c’est le manque de visibilité.

Ma conjointe et moi marchons régulièrement le soir dans un secteur de Charlesbourg Nord. Nous faisons toujours face au trafic et je porte un ensemble de bretelles-ceinture qui réfléchissent la lumière des phares des voitures. Nous avons expérimenté des sorties avec et sans le dispositif de signalement. Avec le dispositif, les automobilistes nous distancent généralement d’une bonne dizaine de pieds quand ils passent vis-à-vis nous, même que certains chevauchent la ligne centrale. Sans le dispositif, ça passe près de nous. C’est vrai qu’il y a peu de trafic là où nous marchons et qu’à cela ne tienne, nous nous assurons d’être vus et ça fonctionne à coup sûr. La nuit, tous les chats sont gris et les humains aussi, faut donc se protéger.

Roland Bouchard, Québec