Port de Québec: catastrophe annoncée

Le journaliste Jean-François Néron nous informe qu’«une exploitation maximale des installations du Port de Québec équivaut à 180 mouvements de camion (allers-retours) chaque jour entre 7h et 17h du lundi au samedi.

Ainsi, un poids lourd quittera ou arrivera au terminal toutes les 3 minutes 30». Si cela se réalise, il s’agit d’une catastrophe annoncée pour les résidents du quartier Limoilou qui, déjà, ont maille à partir avec le Port et les différents incidents dont il porte la responsabilité. Ce projet transformera négativement de manière durable la qualité de vie des citoyens et citoyennes, il transformera le tissu urbain. Tiendra compte de son impact sur la qualité de vie? Du bruit? De la baisse de la valeur des propriétés? Et au nom de quoi? Un développement économique qui ne profitera certes pas à ceux qui devront en subir les désagréments. À cette échelle, il ne s’agit pas d’un «pas dans ma cour», mais bien d’un projet qui ne peut avoir une acceptation sociale.

Éric-Jan Zubrzycki, Québec