Pollution: les petits gestes

En réaction à la chronique «Le plus polluant: l’auto ou l’avion?» de Jean-François Cliche parue le 22 mai

Lire la chronique ici.

J’ai trouvé votre article intéressant. Au niveau sociétal, le problème est en effet en tout premier lieu l’usage de la voiture puis l’avion vient loin après en terme d’émission. Je crains cependant que l’on déresponsabilise les gens si on ne ramène pas le problème selon une perspective qui motive les petits gestes qui peuvent faire la différence si on les additionne. 

Ainsi, il serait aussi intéressant de comparer l’impact sur notre bilan personnel de nos habitudes de voyage, genre deux voyages aller-retour en Europe et hop, on atteint la quantité d’émission moyenne d’une voiture en CO2 sur un an. Acheter une voiture électrique et s’envoyer en l’air en Europe, Cuba et choisir les Alpes plutôt qu’un centre de ski dans l’Est vient neutraliser les efforts.

Le coût d’une voiture neuve représente de 20 à 30% du nombre total de CO2 émis par une voiture à essence sur son cycle de vie. Rallonger la période de détention de nos voitures contribuerait aussi à mitiger notre impact environnemental.

On peut aussi acheter des crédits carbones et neutraliser notre impact (moins cher que remplacer la voiture pour une électrique). Pour 20 000 km par année, le coût serait en théorie de l’ordre de 150 $. Par contre, j’aimerais bien savoir si ces programmes sont efficaces.

Robert Dorion, Québec