La porte-parole du Regroupement des conseils de quartier de la Ville de Québec, Johanne Elsener, a réfuté l'idée avancée par le maire Régis Labeaume que des référendums ont mené à Québec à de moins bons projets. 

Plus de plastique que de poissons dans les océans

(En réaction à l'article «Interdire les sacs de plastique ne fait pas l'unanimité» paru le 7 mars 2016) C'est étonnant de lire dans cet article que les municipalités devraient continuer à autoriser les sacs de plastique jetables puisque maintenant, il y a un marché pour le recyclage. L'absence ou la présence d'un marché pour le recyclage n'est pas le seul paramètre à tenir en compte dans cet enjeu.
Il faut se rappeler que, dans une démarche responsable et durable, réduire constitue une approche plus efficace que réutiliser ou recycler. Il faut aussi prendre conscience que, selon le dernier rapport de la fondation Ellen MacArthur publié à l'occasion du forum économique mondial de Davos, il y aura, en 2050, plus de plastique que de poissons dans les océans! Car une partie de ces sacs de plastique se retrouve dans les océans. Il aussi calculer la quantité de CO2 émise tout au long du cycle de vie de ces sacs de plastique : énergie émise pour les fabriquer, pour les distribuer, pour les ramasser, pour les acheminer à l'usine de recyclage et pour les recycler. Tout ça alors qu'il faut diminuer nos émissions de CO2 pour protéger l'avenir de nos enfants. Et que fait-on avec ces sacs de plastique recyclés? Des billes de plastique qui servent à faire des objets de plastique dont une partie se retrouvera dans les océans. Il est temps de revoir nos façons de faire avec tous les paramètres en main et de penser sérieusement à l'avenir de nos enfants.
Johanne Elsener, Québec