Au cours d'une entrevue au Soleil, le président du Conseil du patronat, Yves-Thomas Dorval, a indiqué qu'il avait hâte au jour où le Québec pourra comparer sa performance avec celle de l'Alberta, de la Saskatchewan ou de Terre-Neuve, «des provinces qui investissent dans les hydrocarbures et qui font de l'argent».

PLQ/CPQ: même combat

Depuis des mois, le gouvernement de Philippe Couillard multiplie les compressions et mène une attaque en règle contre les régions du Québec en démantelant les structures, les services et les outils voués au développement et à la concertation de nos collectivités régionales. Nous n'étions donc pas surpris de voir Yves-Thomas Dorval, pdg du Conseil du patronat du Québec (CPQ), s'attaquer aussi perfidement lui aussi aux régions en Commission parlementaire la semaine dernière.
Le CPQ, grand allier des libéraux et des démolisseurs de l'État, se sentait tout simplement légitimé et pensait probablement même jouir d'une certaine immunité en adoptant de telles positions. Philippe Couillard et ses sbires libéraux ne vont-ils pas eux-mêmes dans le même sens ? Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, confirmerait d'ailleurs que le gouvernement libéral  ne renouvellera pas le Fonds de soutien aux territoires dévitalisés. Alors PLQ/CPQ, même combat.
Face au tollé soulevé un peu partout au Québec, le Conseil du patronat du Québec a tenté de nuancer ses propos au cours des derniers jours. Sans trop nous convaincre, avouons-le. Rappelons simplement que dans son mémoire, l'odieuse proposition du CPQ visant «à réallouer une partie des budgets actuellement consacrés au maintien des municipalités dévitalisées vers des mesures facilitant la relocalisation des ménages qui y habitent» - c'est-à-dire fermer les municipalités -  était inscrite en gras dans le texte. Nous étions donc face à une prise de position claire, affirmative et longuement murie.   
Alors, M. Dorval du CPQ, afin que vous saisissiez bien la force des mots placés en gras dans un texte: sachez que le jour où vous viendrez en tournée en régions, soyez assuré qu'on vous bottera le derrière! 
André Dion, Rimouski