Pléonasmes à la mode

L’usage abusif d’expressions creuses et pseudo savantes, telles que «transport structurant», par nos politiciens est une démonstration de leur désir d’être cités dans les médias.

«Mobilité durable», «développement durable», «temps réel», etc. Ce sont tous des pléonasmes. Le transport, qu’il soit routier, en commun, ferroviaire, maritime ou aérien, a un effet puissant et déterminant sur l’occupation du sol d’une ville et sur son développement économique. Dans son essence même, le transport est structurant. 

Le transport non structurant n’existe pas, sauf à Sainte-Anne-de-la-Pérade qui a son village sur glace pour la pêche aux petits poissons des chenaux. La mobilité ne peut être temporaire sauf pour un pont de glace qui relierait Québec à Lévis. 

Le développement est généralement durable, sauf pour le Carnarval de Québec, le Festival d’été de Québec, le G7, ou une ville minière comme Gagnon. 

Connaissez-vous un temps irréel, sauf au ciel? 

Bruno Riendeau, Québec