Pierre Karl Péladeau

PKP doit faire un choix

Pierre Karl Péladeau, que je respecte, doit faire un choix.
Soit il démissionne en tant que député et retourne chez Québecor en tant que premier gestionnaire - il pourra poursuivre ainsi le travail de développement économique du Québec via son entreprise -, soit il vend toutes ses actions de Québecor et se consacre entièrement à une carrière politique, sans aucun lien avec quelque compagnie privée - il pourra alors parler, questionner et légiférer librement.
Déjà, c'est la polémique à l'Assemblée nationale et au Parti québécois. Imaginez la campagne à la chefferie du PQ qui s'en vient. Ses adversaires ne peuvent que se réjouir de la situation actuelle. Québecor a récemment vendu ses journaux anglophones.
Cette vente a sans doute été faite avec l'approbation de M. Péladeau. Croyez-vous que celui-ci n'aurait pas été consulté même si tous ses avoirs avaient déjà été placés dans une fiducie «sans droit de regard»?
Soyons réalistes. Si M. Péladeau poursuit une carrière politique tout en demeurant propriétaire de Québecor, il y aura plusieurs perdants: M. Péladeau ne sera plus crédible, le PQ perdra les prochaines élections, les médias de Québecor ne seront plus crédibles, la valeur boursière de Québecor baissera, la société québécoise va perdre en démocratie... Seuls les adversaires politiques du PQ seront gagnants. M. Péladeau, soyez réaliste et faites un choix.
Pierre Drolet, Neuville