Pitbulls: pro humains et pro animaux

En réponse au point de vue d'Yvan Giguère, «Soyons pro-humains», du 29 juin 2016
Je veux faire remarquer à M. Giguère que toute cette histoire affecte non seulement les chiens mais aussi les humains qui en ont la garde et qui les considèrent comme un membre de la famille. Que ce soit un pitbull ou un chihuahua, tous les chiens ont des dents et une grande gueule. Ce ne peut donc être un critère de sélection. De la même façon, il y a des bonnes et des méchantes personnes. Si on appliquait le même raisonnement aux humains, les prisons n'auraient plus de raison d'être et seraient vides. Ah oui, on devrait aussi rétablir la peine de mort.
Depuis la nouvelle loi, les chiens et autres animaux de compagnie sont maintenant considérés comme des êtres vivants, doués de sentiments et de sensibilité. Ce que tous les propriétaires d'animaux domestiques savaient depuis longtemps.
Finalement, je crois que le recul est important pour pouvoir prendre une décision éclairée et raisonnable dans les circonstances. Notre maire bien aimé s'est encore lancé dans une direction sans regarder si le train s'en venait. Comme d'habitude, il doit tourner sa langue 7 fois avant de parler. Ensuite, on pourra trouver une solution acceptable, sans avoir à euthanasier tous les pitbulls de la ville. Tout en étant pro humains et pro animaux.
Danielle Dallaire, Québec