Selon l'auteur, la Ville de Québec n'a pas mis en place suffisamment d'abrasifs sur les trottoirs et dans les rues pour qu'il soit possible pour les piétons d'y circuler avec sécurité.

Piétons et glace

Aujourd'hui, la Ville de Québec manque à son obligation d'assurer la sécurité de ses citoyens. Comme disait Parizeau, elle ne défend pas son monde.
Tout un chacun pouvait prévoir que l'arrivée du gel après le redoux provoque de la glace un peu partout. Bien entendu, on s'est occupé de bien traiter les automobilistes, mais, les piétons étant des espèces rares selon la Ville, on n'a pas mis en place suffisamment d'abrasifs sur les trottoirs et dans les rues pour qu'il soit possible pour les piétons d'y circuler avec sécurité. Pourtant, il y a plein d'argent à Québec. Il y en a tellement que le maire en a assez pour payer comptant des travaux et pour rembourser la dette. La Ville ne change pas ses habitudes. Nos professeurs disaient que c'étaient des sépulcres blanchis.
Jean-Marie Desgagné, Québec