Pi Ké ou Pé Ka?

Selon l'Association pour la sauvegarde et la survie de la langue française (ASULF), nos commentateurs sportifs devraient adopter la prononciation française, soit Pé Ka.
Le mercredi 16 décembre, Mylène Moisan y faisait référence dans sa chronique «Bon matin, Pé Ka Subban!» Curieux, j'ai consulté le site Web de l'ASULF cité dans cette chronique.
Un proverbe dit : «On voit la paille dans l'oeil du voisin, mais pas la poutre dans le sien», ce qui me donne à penser que l'ASULF n'a pas de leçon à donner. En effet, on peut s'abonner à leur newsletter en fournissant notre email. Cette association est-elle aussi active auprès de journaux français dont le coin du lecteur est «Express Yourself»? Ou lorsque l'espace consacré aux livres a pour titre «Book»? Ou encore, pour consulter la une, il faut se rendre à la section «Cover»? Le maintenant célèbre «arrête de te regarder le nombril» du commissaire Lachance serait sans aucun doute de mise ici.
André Voyer, Québec