Petit bureau des passeports

Une attente en file d'au moins deux heures chaque jour pour des dizaines de demandeurs de passeports. C'est la situation qui prévaut au Bureau des passeports du ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada, à Place de la Cité, dans le secteur Sainte-Foy à Québec.
Pour résoudre ce problème récurrent et inacceptable, le bureau devrait être agrandi avec l'ajout de personnel supplémentaire pour permettre de procéder beaucoup plus rapidement et d'offrir aux citoyens un meilleur service. C'est l'évidence même. Qu'attend le ministère concerné pour corriger la situation? Beaucoup de familles avec de jeunes enfants en font constamment les frais en raison de l'inaction du ministère concerné.
André Delage, Québec
***
Qui arrêtera Anacolor?
La machine politico-administrative s'avère impuissante à régler un problème grave et urgent à Cap-Rouge : l'usine de peinture Anacolor relâche des composés organiques volatils (COV) qui polluent l'air et affectent la santé des citoyennes et des citoyens. La Direction de santé publique l'a dit et redit : il est impératif que les émanations cessent.
Or, les propriétaires Éric Nadeau et Richard Leblanc font preuve de mauvaise foi en poursuivant leurs opérations sans respecter les balises qui leur ont été imposées par le ministère de l'Environnement. Sur qui les citoyennes et les citoyens peuvent-ils compter pour arrêter Anacolor? Le conseiller municipal, Laurent Proulx, se cache derrière le «bureau des affaires juridiques» de la Ville pour justifier son inaction. Le député de la circonscription, Sam Hamad, se démarque par son absence et témoigne d'une indifférence offensante envers le sort de ses concitoyens. La commission scolaire des Découvreurs, responsable de protéger la santé des élèves, se dédouane aussi du problème. Et le maire Labeaume, bien qu'il bombe le torse, semble quant à lui incapable d'affronter Nadeau et Leblanc.
Bref, les citoyennes et les citoyens de Cap-Rouge ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Le Regroupement citoyen pour la qualité de l'air de Cap-Rouge fait un travail remarquable pour faire cesser les émanations. D'autres citoyens élargissent le mouvement et viennent tonifier l'action citoyenne. Messieurs Nadeau et Leblanc, soyez assurés que nous ferons monter la pression sur votre entreprise, à la hauteur du mépris que vous entretenez à notre égard.
Simon Viviers et Christian Jacques, Résidents de Cap-Rouge et citoyens de Québec depuis 35 ans
***
Les occasions manquées par Philippe Couillard
Le PM Couillard, sauveur autoproclamé de l'économie québécoise, a des principes desquels il ne peut déroger. Le docte personnage ne peut légiférer sur «le linge». Et pourtant?
Malgré la main tendue de tous les partis de l'opposition et un large consensus dans la population, il ferme la porte à tout compromis qui pourrait régler une situation qui perdure depuis plus d'une décennie. Ce faisant, ne «souffle-t-il pas sur les braises» qui alimentent le climat de tension entourant ce dossier?
Selon lui, est-ce que le seul compromis possible serait que tous acceptent sa position? Drôle de compréhension de la notion de compromis?
De plus, il semble avoir également une signification bien à lui du mot consensus lorsqu'il s'agit du PQ. Dans ce dernier parti, pour qu'un consensus soit valable, celui-ci doit-il atteindre 100 %? Pourtant, un consensus ne demande pas l'unanimité. On a loué ses interventions concernant les événements du 29 janvier dernier. Son appel pour un meilleur vivre ensemble a été bien reçu par les partis de l'opposition. 
Malheureusement, il semble être le seul à ne pas l'avoir entendu. Belle occasion manquée de calmer le jeu sur ce dossier aussi épineux.
Belle occasion manquée aussi de s'autoproclamer encore une fois de plus sauveur, cette fois du climat social au Québec...
Michel M Mercier, Beauceville