Pédagogie caquiste...

Des promesses ambitieuses à actualiser qui seront objet de scepticisme, de critiques musclées et autres turbulences véhiculées par des esprits conservateurs.

La pédagogie caquiste ouvre de vastes chantiers de réforme en profondeur dont l’objectif se traduit par une rénovation générale de l’école québécoise. 

Une opération de grande envergure avec réajustements et surprises, mais nécessaire sans perdre de vue cette urgence prioritaire: une école de qualité affranchie de ces comparaisons déprimantes et destructives avec l’AUTRE ÉCOLE... 

La CAQ devra dépasser les intentions pieuses et toutes ces visions délirantes de trop de théoriciens débranchés. On touche donc au fond et à la forme de l’école ou de la pédagogie. C’est par la maternelle accessible à 4 ans que s’amorce la restructuration. Un constat effarant de carences et des pronostics financiers étourdissants. 

Dans le décor, des bâtiments délabrés et colmatés à remplacer. La profession (ou la vocation) d’enseignant revalorisée véritablement. Le salaire dynamisé et des conditions de travail améliorées pour attirer la relève. 

Et que dire de ces problèmes grandissants de motivation et de décrochage à aborder avec diagnostics pertinents. Le siècle impose le devoir de bien préparer la jeunesse. François Legault en est vivement conscient espérons-le.