Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Patrick Roy chez le Canadien de Montréal? Oubliez ça.

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Pensez-vous vraiment que le PDG du Canadien pourrait offrir le poste d’entraîneur à leur ancien gardien étoile qui, il y a 25 ans, abandonnait le club, ses coéquipiers et tous les partisans du Canadien de Montréal sur un coup de tête?

Moi, si j’abandonne ma femme avec qui j’ai eu deux enfants, l’équivalent de deux coupes Stanley, pour partir avec une autre, pensez-vous que 25 ans plus tard elle m’appellera pour me dire «Je te veux»? Jamais.

Si jamais je suis dans le champ, la seule raison que pourrait avoir Marc Bergevin d’offrir du travail à Patrick Roy, c’est qu’il est francophone.

En mettant de côté le pied de nez d’il y a 25 ans, Patrick Roy serait le seul candidat qui mériterait d’être à la direction du Canadien de Montréal. Il a l’expérience des joueurs, des entraîneurs, est francophone, aimé de toute la province, et le point le plus important: il est natif de Québec.

Malheureusement, la plaie du 2 décembre 1995 est encore saignante pour la direction du Canadien de Montréal.

Guy Sirois, Québec