Pas d'ingérence, M. le maire

Lettre au maire Régis Labeaume,
Cela fait plusieurs fois, Monsieur, que vous incitez les Français vivant sur le territoire de la province de Québec à voter pour une personne en particulier. Je trouve parfaitement déplacées vos interventions publiques. Les Français sont libres et indépendants et ont, je le crois, encore un libre arbitre pour voter pour qui bon leur semble : ce ne sont pas des enfants.
Ce que vous faites se nomme de l'ingérence politique. Si un édile français d'une mairie de France se permettait de donner des conseils aux Québécois pour voter pour tel ou tel candidat lors d'élections du premier ministre, les gens s'en offusqueraient et ils auraient tout à fait raison. Vos opinions vous appartiennent, votre rôle n'est nullement d'être un agent politique au service d'un pays étranger. Notre belle ville de Québec a bien besoin qu'on s'occupe d'elle et que l'on se soucie de ses citoyens et de leur environnement.
Barbara Saly, Québec
***
Miller contre Labeaume
Les municipalités de Stoneham-et-Tewkesbury et de Lac-Beauport contestent le règlement de contrôle intérimaire de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) concernant la protection des sources d'eau potable dans la couronne nord de Québec. 
Si Dieu le veut, ces municipalités affronteront en justice la CMQ et son président, Régis Labeaume, du 18 au 25 septembre prochain, dans le but de faire déclarer ces règlements «nuls ou inopérants». Malgré les assouplissements adoptés périodiquement par la CMQ, plusieurs propriétaires se considèrent lésés dans leurs droits de construire. Les mots «fausses prémisses, injustice, bâclage de règles, inadaptation au territoire, etc.» circulent allègrement.
Le maire de Stoneham, M. Miller, tente de régler à l'amiable avec le président Labeaume, espérant économiser l'argent des contribuables. Les journaux nous apprennent que M. Labeaume, armé de son arrogance et suffisance traditionnelles, dit: «[...] ça va leur coûter cher et il ne sera pas capable de payer les frais d'avocat qu'il a empruntés». 
De quoi il se mêle, le monsieur? Ce n'est pas de ses affaires! Le narcissisme prend encore le dessus? On vote quand, déjà?
Pierre Aubé, Québec