Pas de leçons à donner

Comment des représentants des associations d'étudiants peuvent invoquer la mauvaise gestion et le gaspillage dans les universités et ne pas prendre en compte les dépenses qu'ils provoquent en boycottant les cours, en manifestant et en mettant des étudiants et la population face à des frais supplémentaires qui grèveront davantage leurs portefeuilles et les finances publiques qui sont plus que mauvaises?
Comment des représentants des associations d'étudiants peuvent invoquer la mauvaise gestion et le gaspillage dans les universités et ne pas prendre en compte les dépenses qu'ils provoquent en boycottant les cours, en manifestant et en mettant des étudiants et la population face à des frais supplémentaires qui grèveront davantage leurs portefeuilles et les finances publiques qui sont plus que mauvaises?
Quand on veut faire la leçon aux autres en matière de démocratie et de gestion, il faudrait peut-être que les actions et que l'argent utilisé par ces mêmes associations prouve à ceux à qui l'on fait des reproches (comme aussi à leurs membres) une clarté et une honnêteté qui soient à l'image de leurs prétentions.
Actuellement, l'impatience connue de la jeunesse pour arriver à ses fins font qu'elle utilise des fusils pour tuer un papillon. Dans une démocratie, il y a des élections. Lorsque nous sommes en désaccord, si l'on peut manifester, il ne faut pas que celles-ci deviennent une guérilla brimant les activités des autres citoyens (comme des enfants qu'ils semblent être encore) pour jouer à la guerre comme ils le font présentement.
En outre, c'est au moment des élections que toute la population peut s'exprimer le mieux, et non pas seulement un groupe qui voudrait imposer ses vues, en commettant méfaits et perturbations à tous les autres citoyens qui eux, ne peuvent s'organiser, parce qu'ils n'ont aucun intérêt aux revendications d'un groupe particulier, ou parce qu'ils travaillent pour payer leurs impôts.
Roger Lavoie, Québec