Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Oui au certificat de vaccination

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Être ou ne pas être vacciné? Pour moi, il n’est pas question de juger les gens qui ne veulent pas être  vaccinés. À mon humble avis, je ne crois pas qu’un passeport pro-vaccin soit souhaitable.

Ce passeport serait possiblement jugé discriminatoire en créant deux catégories de citoyens.

Dans une autre vie, dans ma jeunesse, je suis allé en Inde et j’ai dû être vacciné contre la fièvre jaune, la variole, l’hépatite A et B, la rage et la typhoïde. Pour chaque vaccin, j’avais un certificat attestant ma vaccination.

Il me semble normal d’avoir un petit document qui pourra certifier que j’ai été vacciné contre le coronavirus au même titre que tous les autres certificats de vaccination. Chaque Québécoise et Québécois qui voyageront hors Québec devraient avoir une preuve de vaccination qui attestera leur protection contre la COVID-19. Le gouvernement du Québec ou du Canada serait très mal avisé de créer le passeport de la discorde, car un simple certificat émis à chaque vacciné sera possiblement exigé pour les voyageurs hors pays.

Michel Houle, Québec

+

AVENUE JOSEPH-ROUSSEAU: UNE RÉPLIQUE POLITIQUE 

La conseillère de notre arrondissement Sainte-Foy-Sillery, Mme Émilie Villeneuve, nous fait une réplique à ma lettre d’opinion concernant la fermeture du terre-plein du boulevard Laurier à la hauteur de l’avenue Joseph-Rousseau en présumant mon opposition à cette fermeture.

Je lui suggère de bien relire ma lettre d’opinion.

Toute ma lettre ne faisait que constater l’oubli des piétons et de leur sécurité dans ce projet improvisé dont nous sommes tous témoins.

Mme Villeneuve nous confirme qu’il y a eu consultation seulement avec les propriétaires du tronçon nord de l’avenue Joseph-Rousseau pour la fermeture du terre-plein et qu’il est devenu plus important de répondre à cette demande pour en faire un projet pilote qui allait, au cours de la prochaine année, empêcher de façon sécuritaire le passage piétonnier jusqu’à la fin d’une étude qui maintenant varie entre le printemps et novembre prochain.

Votre réponse fait mention qu’il a été souligné l’importance du trafic piéton à cette intersection sans que vous en teniez compte dans ce projet pilote.

C’est aberrant.

Mon intervention concernait principalement la sécurité des piétons en identifiant aussi la problématique de la traverse Laurier-Maguire.

Votre réponse est finalement plus politique que... piétons.

Jean La Perrière, Québec