Où est Nathalie Roy?

Dès son entrée en poste à titre de ministre de la Culture et des Communications, et responsable de la langue française, les premières sorties publiques de la députée de Montarville, Nathalie Roy, ont suscité de grands espoirs eu égard, notamment, à la défense de la langue française via, entre autres, le renforcement du mandat de l’Office de la langue française et la création d’un poste de commissaire à la langue française.

Les attentes envers la dynamique ministre étaient par conséquent remplies d’espoir. Or ses premières déclarations empreintes de détermination sont demeurées lettres mortes. Mais que s’est-il donc passé pour que le zèle démontré par la nouvelle ministre concernant la défense de la langue française fonde tout à coup comme neige au soleil? A-t-elle été contrainte au conseil des ministres de «mettre la pédale douce» sur un dossier aussi explosif que la langue au Québec? Et si c’était le cas, pourquoi le premier ministre François Legault a-t-il nommé une ministre aussi dynamique si ce n’est que pour regarder passer la parade?

De réputation, Nathalie Roy n’a pas la «langue» dans sa poche. Aussi faut-il s’attendre à ce qu’un jour pas très lointain, on la voie poindre dans le paysage politique du Québec. Et ce jour-là, l’ex-journaliste et avocate originaire de New Carlisle démontrera aux Québécois «de quel bois elle se chauffe»!

Henri Marineau, Québec