Gilles Duceppe.

Opposition en Bloc

Ma réaction spontanée à l'annonce du retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois en fut une de déception, car les éventuels succès électoraux du Bloc favoriseront probablement l'élection d'un autre gouvernement Harper en réduisant au Québec le nombre d'élus du NPD et du PLC.
Cette déception a cependant fait place à l'enthousiasme en apprenant que le Bloc projetait d'enfourcher comme cheval de bataille le rejet des projets de transport du pétrole albertain à la grandeur du Québec. Ces projets relèvent proprement de la démence. À tous égards, ils constituent un risque sans commune mesure avec la réélection des conservateurs, non seulement pour les prochaines années mais pour des décennies à venir. Et pourtant ce qu'on nomme justement le Bloc canadien (formé entre autres du NPD et du PLC) se garde bien de dénoncer ces projets monstres, dans tous les sens du terme, sans doute par crainte de perdre des votes en Alberta ou en Saskatchewan.
Il faut souhaiter que la campagne électorale du Bloc québécois et sa réélection massive puissent contribuer à former, de concert avec les municipalités, les groupes environnementaux et les citoyens, une opposition en bloc à l'asservissement du territoire québécois aux dollars pétroliers. Pour une fois, à mon avis, l'intervention du Bloc se porterait plus manifestement à la défense des réels intérêts du Québec.
Gérard Lévesque
Lévis