On a peur de la chicane

L’un des arguments les plus surprenants avancés contre le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État est que ce débat va diviser les Québécois. Voilà une belle façon de miser sur notre «peur de la chicane» proverbiale. D’entendre Charles Taylor, un philosophe, se désoler qu’on ouvre un débat susceptible de causer des dissensions, voilà qui ferait sourciller Socrate.

S’il faut s’abstenir de tout sujet sur lequel on n’est pas tous d’accord, notre société n’évoluera pas très vite. Comme si la discussion n’était pas faite justement pour faire fleurir les opinions, adverses comme convergentes. Il y a quelques années, Éric Bédard a eu ce beau mot : «La démocratie, c’est justement ça, c’est la division organisée». Plutôt que de se faire sauter à l’explosif ou de se trancher mutuellement la gorge…

Michel Leclerc, Québec