Odieux, M. Barette

Recevant des quolibets de toutes parts concernant son projet de Loi 10, le ministre Barette se sert du dossier de maltraitance dans Charlevoix pour se faire du capital politique. C'est odieux! Ce n'est pas le projet de Loi 10 qui a permis que cesse l'insoutenable dans Charlevoix, mais bien le fait qu'une personne qui savait des choses en parle à la journaliste Patricia Cloutier, du journal Le Soleil.
Ce qui favorise des cas de maltraitance comme celui des résidences de Remy Bernier, c'est l'idée néo-libérale de confier des déficients intellectuels au secteur privé. Faire de l'argent et prendre soin des plus démunis, ce n'est pas conciliable!
Bernard Boulianne
Baie-St-Paul