Nouvelle cause d’inondation?

La captation des eaux de ruissellement dans les villes et surtout dans les nombreux nouveaux quartiers résidentiels, les centres commerciaux, les routes partout au Québec n’a jamais été évoquée comme facteur d’aggravation des inondations.

En effet, quelle est la superficie de tous les terrains dont l’eau de surface est captée et rejetée dans les courants d’eau? Ces superficies pouvaient auparavant se drainer naturellement à même le sol. Il serait intéressant de calculer ces nouvelles surfaces depuis 10 ans. La plupart de ces surfaces se situent dans les bassins versants qui convergent vers le fleuve. Regardez simplement toute l’eau qui passe dans le trou d’homme au coin de chez vous et multipliez le tout par le nombre de trous d’homme à travers le Québec.

Pierre Larocque, Québec

***

NOUVELLES RÈGLES DE CONDUITE AUTOMOBILE

Je ne conduis pas. Je suis la passagère assise à droite et qui vois tout ou presque. Les nouveautés sont celles-ci : ne pas partir immédiatement quand vous avez votre lumière verte car il y a toujours des véhicules qui passent sur la rouge dans l’autre sens; ne prenez plus la peine de signaler si vous tournez à droite ou à gauche car il n’y a pas grand monde qui le fait, surtout quand il y a des piétons qui se demandent bien quelle direction ce véhicule va prendre; passez sur la jaune la pédale au fond car vous serez rendu plus loin que les autres qui, eux, arrêteront sur la rouge (parfois); ne faites plus attention aux piétons et arrosez-les le plus possible, ce sera leur deuxième douche du jour; ne donnez pas de chance aux autres conducteurs, qu’ils s’arrangent tout seul. Un mot aux piétons : nouvelle règle, demandez votre lumière, mais traversez quand il n’y a pas d’autos en vue. Les automobilistes adorent attendre pour rien parce que la lumière est rouge et que personne ne traverse. Vous aurez compris que ces nouvelles règles sont déjà en cours et que c’est tout le contraire qui est la loi!

Madeleine Boucher, Québec

***

SÉLECTION DU PDG D’INVESTISSEMENT QUÉBEC: UNE «DÉMARCHE TRANSPARENTE» 

La population apprécie sans aucun doute l’information d’intérêt qui lui parvient par l’entremise les médias.

N’est-ce pas leur raison d’être? Certes. Néanmoins, elle peut également questionner les motivations de certaines sources à s’acharner sur un même sujet, voire sur la ou les mêmes personnes. Voilà ce qui s’est passé cette dernière semaine dans la cause du ministre de l’Économie, M. Pierre Fitzgibbon, soupçonné de «copinage», entre autres malversations, et ce, probablement injustement, si on en juge par la récente déclaration de Monique Leroux, présidente du conseil d’administration d’Investissement Québec (IQ). 

Selon cette dernière, le processus de sélection de Guy LeBlanc, nouveau président-directeur général de la société d’État, a été réalisé selon «une démarche transparente», et «qu’il n’y a pas eu d’interférence de la part du ministre». De plus, tel que mentionné dans la Loi sur Investissement Québec, c’est le gouvernement qui, sur recommandation du conseil d’administration de la Société, en nomme le pdg sur la base d’un profil de compétence établi par le comité des ressources humaines de la Société. 

C’est également le conseil d’administration qui fixe la rémunération et les autres conditions de travail du pdg, à l’intérieur des paramètres que le gouvernement détermine. N’y a-t-il pas une certaine forme d’inconvenance à porter atteinte à la réputation de nos élus, femmes et hommes politiques, sur la base d’allégations non encore fondées et, qui plus est, sont en cours de vérification par Ariane Mignolet, commissaire à l’éthique et à la déontologie?

Nicole Lévesque, Québec