Nourrir les chevreuils?

En hiver, de plus en plus de propriétaires vivant en campagne nourrissent les chevreuils, cerfs de Virginie de leur vrai nom. Leur intention : les aider à survivre et le plaisir de les voir de près.

Or, cette pratique est controversée, il y a des conséquences. Souvent, la nourriture n’est pas appropriée, on peut faire plus de tort que de bien aux cerfs. En grande quantité, le foin, la moulée et d’autres aliments d’origine agricole sont indigestes pour nos cervidés, disent les biologistes. Ces animaux prendront vite l’habitude de venir dans les mangeoires et attireront du même coup leurs prédateurs : renards, loups, ours et coyotes. Ce qui devient un danger pour les humains. Il faut aussi ne pas oublier que ces animaux sont porteurs de tiques de la maladie de Lyme. Cette tique appelée «tique du chevreuil» est en progression fulgurante.

Selon les biologistes du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, les chevreuils, attirés par les mangeoires, ne sentent plus la menace des humains. Ils prennent de plus en plus de place, se promenant dans nos cours, ils mangent nos plantes. Ils se promènent sur nos routes et peuvent provoquer un accident qui peut être mortel.

J’aime les animaux autant que je respecte la nature. Les deux sont interreliés. Laissons la nature suivre son chemin. Il en va du bien-être de tous et de notre sécurité.

Ginette Laurin, Cantley