La Tour Place Jacques--Cartier dans Saint-Roch, qui sera haute de 20 étages, abritera 169 logements ainsi que des commerces.

Notre Union Square

Les plans pour la tour de la place Jacques-Cartier (PJC) viennent d'être rendus publics. Mais c'est l'avenir de la place publique qui retient mon attention. J'espère que la Ville garde à l'esprit son intérêt historique.
Les plans pour la tour de la place Jacques-Cartier (PJC) viennent d'être rendus publics. Mais c'est l'avenir de la place publique qui retient mon attention. J'espère que la Ville garde à l'esprit son intérêt historique.
La PJC est notre Union square à Québec. Il s'agit du siège de nombreuses grandes manifestations, assemblées et émeutes ayant influencé l'histoire du Québec. Une histoire trop méconnue.
En 1878, les ouvriers de la construction de l'Assemblée nationale sont en grève. La ville est sens dessus dessous. Des communards français se trouvent parmi les meneurs. L'armée abat l'un d'entre eux. De grandes assemblées ont lieu à la salle communautaire située sur la PJC. La hausse de salaire réclamée sera obtenue.
En 1918, lors des cinq jours d'émeutes contre la conscription de la Première Guerre mondiale, toutes les manifestations débutent à la PJC. Armand Lavergne y fera un discours demandant aux protestataires de faire confiance au gouvernement. C'est au même endroit, le lendemain, que l'armée commence la répression d'un rassemblement se concluant par quatre morts.
J'ai aussi une petite pensée pour tous ces ouvriers exploités dans les chantiers navals du XIXe siècle. Combien d'assemblées syndicales, de discours politiques ont été prononcés contre les privilèges de leurs riches patrons anglophones, dans ces fameuses Halles Jacques-Cartier?
L'actuel réaménagement de cette place publique est une bonne occasion à saisir. Réclamons une place publique à la hauteur. Réclamons une place Jacques-Cartier fière de son histoire populaire.
Francois G Couillard
Québec
*****
<p>Justin Trudeau et Thomas Mulcair sont d'accord pour que les femmes portent le niqab lors de la prestation du serment pour la citoyenneté.</p>
Des candidats qui nous ramènent dans les années 50
Un pas de géant vers le passé vient d'être fait par deux candidats au poste de premier ministre. Ils sont d'accord pour que les femmes portent le niqab lors de la prestation du serment pour la citoyenneté. Incroyable, après toutes les luttes menées par les femmes pour arriver à l'égalité. J'invite ces deux candidats à regarder le calendrier des acquis des femmes et à se remettre à jour. Nous sommes en 2015 et les femmes ont des droits au Canada. Elles désirent les garder. Nous avons des filles, des petites-filles, et nous devons travailler aussi pour les générations futures. Il ne faut surtout pas reculer.
Claire Buteau
Lévis