Non, M. Trudeau

Si le changement climatique est considéré par la population comme la préoccupation numéro 1 au Québec, et si nous sommes cohérents avec l’accord COP21 du Paris, on doit agir en conséquence.

Le Québec a montré son opposition au projet Énergie Est. Et heureusement, on a pu assister à sa chute. C’est le tour maintenant de la Colombie-Britannique, dans le conflit avec l’Alberta. Les communautés autochtones, l’environnement et la protection de notre planète sont en jeu.

L’industrie fossile est en voie de disparition. Elle le sait, mais encore veut continuer sa course à nulle part. Les sables bitumineux sont responsables directement de 5 % des émissions de gaz à effet de serre au Canada. Et l’argument de la création d’emplois n’est pas valide maintenant. Non, Honorable M. Trudeau, pas si le prix à payer c’est la destruction de nos espèces végétales, nos animaux et nos rivières. Kinder Morgan a ses intérêts commerciaux, qui ne sont pas les nôtres.

Fernando Ruiz, Montréal