Nice, un 14 juillet

Triste et démuni, comme chaque attentat à travers le monde.
Un mot, un seul, le même que Jésus en croix : Pourquoi?
Que dire de plus? Mes mots sont en deuil ce matin.
Ma prière aux victimes, à leurs familles et amis.
Et je pleure avec eux.
En silence.
Jacques Gauthier, Gatineau