Ne dénaturez pas la chute Montmorency

La Sépaq annonçait cette semaine un autre projet concernant le Parc de la Chute-Montmorency avec promenade semi-submersible au bas, joignant des trottoirs d’accès et autres aménagements secondaires à ce projet, le tout pour 15 millions $.

J’ai souvenir de ce lieu privilégié qui a fait le bonheur de nombreuses familles de Québec et de la Côte-de-Beaupré qui allaient y pique-niquer, de la présence des baigneurs et des pêcheurs, de la petite île en bas au centre de la rivière avec sa végétation luxuriante que l’on pouvait atteindre à gué parfois.

Puis il y a eu la construction de la promenade en béton à l’est avec sa terrasse à son extrémité qui, je dois l’admettre, était bienvenue, et l’escalier dans la montagne. La disparition du bâtiment de la Dominion Textile à l’ouest a fait place à un stationnement asphalté et clôturé et à l’accueil. Il y a eu ensuite la passerelle au-dessus de la chute et finalement le téléphérique. J’en oublie sans doute.

On peut déjà la voir, l’entendre et profiter abondamment de ses embruns.

Il me semble qu’il y en a assez en bas, en haut et en l’air autour de la chute et qu’il serait temps d’y laisser un peu de naturel, arbres, friches et pierres en liberté. C’est un site patrimonial. Il y a ici acharnement et elle le crierait haut et fort si elle le pouvait.

Richard Gagné, Sainte-Pétronille