Mulcair va nous coûter cher

L’ancien chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, compte abandonner son siège de député au printemps. Pourquoi? Pour aller enseigner à l’université. Il a pourtant été élu pour un mandat complet de quatre ans par les électeurs d’Outremont. Au printemps 2018, il restera encore un an et demi à faire au gouvernement de Justin Trudeau. Cela signifie qu’une élection partielle devra être tenue dans les six mois. Elle devrait coûter aux alentours de 500 000 $. C’est beaucoup d’argent.

Pour couper l’envie aux députés fédéraux de partir sans raison valable, leur pension fédérale ou leur indemnité de départ devrait servir à éponger en partie les coûts d’une partielle. Avec ses pensions d’ex-fonctionnaire, d’ex-député et d’ex-ministre à l’Assemblée nationale, d’ex-député et d’ex-chef de l’opposition officielle aux Communes et son salaire de professeur d’université, M. Mulcair ne sera pas à plaindre.

Sylvio Le Blanc, Montréal