« On veut qu'il y ait un débat qui mène à une prise de position de société, comme ça s'est fait au Québec », résume le Dr Pierre Harvey, porte-parole de l'AMC.

Mourir dans l'amour et la dignité jusqu'à la fin

Le 12 janvier 2013, mon mari a reçu le terrible verdict d'une tumeur cancéreuse virulente au cerveau. Il vous reste trois mois à vivre au plus. Il m'a regardée et m'a dit: Qu'est-ce qu'on va faire? Je lui ai répondu: on va continuer de s'aimer et d'avoir la foi. Il m'a regardée dans les yeux et m'a dit: Je veux vivre ça pour la foi des gens de ma paroisse. Déjà on avait accepté de vivre cette épreuve dans la foi.
Le 12 janvier 2013, mon mari a reçu le terrible verdict d'une tumeur cancéreuse virulente au cerveau. Il vous reste trois mois à vivre au plus. Il m'a regardée et m'a dit: Qu'est-ce qu'on va faire? Je lui ai répondu: on va continuer de s'aimer et d'avoir la foi. Il m'a regardée dans les yeux et m'a dit: Je veux vivre ça pour la foi des gens de ma paroisse. Déjà on avait accepté de vivre cette épreuve dans la foi.
Le lendemain matin, il était transféré à L'Enfant-Jésus où il a été opéré 7 jours plus tard. Trois jours après l'opération, retour à la maison avec environ 80 broches sur la tête; déjà on savait que c'était très sérieux, qu'il aurait de la chimio et de la radiothérapie. Un mois plus tard on arrivait au pavillon Carlton Auger où il a reçu 30 traitements de radiothérapie et de la chimio jusqu'en septembre. À la première rencontre avec la neurochirurgienne après la radiothérapie et la première chimio on savait que les traitements n'avaient rien donné. Il accepte de recommencer un traitement de chimio plus fort et en septembre il savait qu'il n'y avait plus rien à faire. Il accepte ce verdict avec une résilience incroyable, sa foi n'était pas ébranlée. Ensemble nous avons cheminé dans la foi, nous avons prié. Jamais je ne l'ai entendu se plaindre. Il a vécu dans la sérénité et la dignité, entouré d'amour jusqu'à la fin de sa vie. On s'est préparé ensemble à accepter sa mort et sa mort est devenue «VIE».
Combien de fois je m'éveillais la nuit et je l'entendais prier. Je l'ai accompagné jusqu'à la fin; combien cette année en a été une de croissance spirituelle. Jamais je ne pourrai regretter cette année que je lui ai donnée avec amour en l'accompagnant vers la mort. C'était le dernier cadeau que je pouvais lui donner et qui m'a laissée une grande Paix et Sérénité malgré la peine de le voir me quitter. Puisqu'il est décédé ce 28 janvier 2014.
À ceux et celles qui sont pour l'euthanasie, j'espère que ce message vous fera réfléchir.
Céline Morissette, Québec