Montréal n'est pas le Québec

La semaine dernière, j'ai regardé sur différentes chaînes de télévision au moins trois reportages concernant l'anniversaire de la loi 101 et par extension sur des thèmes liés à l'immigration au Québec.
Bien que j'ai trouvé les reportages tous très intéressants, chacun comporte le même défaut. On prétend chaque fois parler du Québec, mais tous ne font que rapporter des cas montréalais. 
Je trouve cela assez présomptueux, car en ne parlant que des communautés culturelles minoritaires à Montréal pour ensuite dresser un portrait global du Québec, on se trouve presque à nier l'existence même de multiples communautés minoritaires partout au Québec. L'absence totale de la capitale nationale dans ces reportages en dit long sur une ce qui apparaît être une indifférence générale des changements démographiques hors de la région de Montréal. Il aurait été intéressant de rapporter des cas des communautés anglophones comme Harrington Harbour sur la Côte-Nord, Shigawake en Gaspésie, Saint-Malachie dans Bellechasse et j'en passe. J'adore Montréal, mais lorsque l'on fait des reportages sur le Québec, il serait bien, de temps à autre, de sortir du 514 et du 450.
Tommy Byrne, Québec
***
Cogeco et Bombardier
Je viens d'écouter le duo Duhaime-Ségal déblatérer sur les problèmes de Bombardier et de ses administrateurs dont leur nouveau vice-président transport récemment embauché. Est-ce le rôle d'une entreprise québécoise telle que Cogeco d'encourager ses animateurs à détruire une entreprise québécoise ou ne devrait-elle pas prendre les moyens pour rapporter avec justesse les faits? Ils ont mis l'accent sur les dépassements de coût pour dilapider la crédibilité de Bombardier sans expliquer les causes de ces dépassements comme s'ils n'étaient dus qu'à Bombardier. De tels dépassements peuvent et sont souvent causés par le donneur d'ouvrage et pas seulement par l'exécutant. Où se trouve cette information sans compromis que le FM93 proclame plusieurs fois par jour?
Daniel Guilbault, Saint-Augustin-de-Desmaures
***
NPD en quête d'identité
Qui peut nommer les aspirants à la chefferie du NPD? Un parti en quête d'identité depuis longtemps malgré des leaders étoffés. Les T. Douglas, T. Lewis, Ed. Brodbent ont été incapables de déloger les vieux partis.
Bien entendu, le souriant Jack Layton a séduit le Québec. Un politicien d'image qui dépassait la doctrine du parti. On le sait, le visuel a des effets d'entraînement étonnants. Justin Trudeau en est un exemple frappant. Dans cette perspective Guy Caron, Charlie Angus, Niki Aston et Jajme Singh devront élaborer une stratégie publicitaire fort originale pour neutraliser le magnétisme de premier ministre libéral. Les idées rigides, c'est comme des légumes rébarbatifs aux enfants! Le NPD semble voué à un long purgatoire.
Douglas Beauchamp, Québec